Corpus : l’échantillon représentatif

Constitution de l’échantillon

Voici le corpus initial de films qui a servi à élaborer la base de données et qui ont été les premiers pour lesquels les données ont été entrées systématiquement depuis 2015. A partir du livre de Clive Hirshhorn (The Hollywood Musical, Londres: Octopus Books, 1981), nous avons d’abord identifié 1280 films correspondant à la production de musicals hollywoodiens entre 1927 et 1972.

Nous avons sélectionné au départ environ 10% de cette production pour chaque année de sortie, soit 135 films en tout, en essayant de préserver la meilleure diversité possible en termes de studios, stars et formules de musicals.

C’est l’analyse collective de ces films et le fait de décrire systématiquement tous leurs numéros musicaux qui a permis de forger les catégories de la base de données, notamment les rubriques comme les thèmes, les styles musicaux, les critères de définition des contours des numéros…

Liste à télécharger (fichier excel)

Exploitation des données / représentativité de l’échantillon

Des ajouts ultérieurs à la base de données ont reconfiguré le corpus en prolongeant ce premier échantillon. D’autres films ont été identifiés et leurs titres apparaissent dans la base MC² bien qu’il n’y ait pas toujours de contenu saisi. Et il y a maintenant des numéros décrits pour plus de 300 films, bien que certains films soient encore incomplets.

Les ajouts font légèrement évoluer les résultats d’études statistiques. Les films avec Esther Williams ou Bing Crosby étaient sous-estimés en nombre au début. En outre, des ajouts individuels faits par des chercheurs dans le but d’études plus particulières ont accru la place de certains corpus ensuite. La base contient par exemple maintenant tous les films avec Fred Astaire ou Ethel Merman, mais pas tous ceux avec Judy Garland ou Gene Kelly. Dans une certaine mesure, à cause aussi du volume de sa filmographie, les résultats obtenus à partir de la totalité des données “penchent” vers la formule Fred Astaire.

Le fait de sélectionner l’échantillon représentatif et d’y revenir pour quelques études peut donc servir lors de la réalisation de visualisations à éliminer des sur-représentations. Cela ne signifie pas pour autant que l’échantillon est plus juste, mais ouvre plutôt à des précautions. La comparaison entre des statistiques sur l’échantillon et les statistiques sur des données plus nombreuses invite en effet à l’interprétation en fonction des changements observés : l’échantillon était-il plus représentatif ? Ou les données ajoutées depuis ont-elles amélioré la qualité des statistiques ?

Les adaptations de Broadway – tendances générales

Adaptations hollywoodiennes des spectacles musicaux de Broadway

L’adaptation de films musicaux hollywoodiens à partir de spectacles de Broadway est un phénomène aussi connu qu’il reste encore à cerner de près. On sait qu’à partir de la fin des années 1940, les adaptations sont plus fidèles aux spectacles d’origine et que l’adaptation des grands shows de Broadway est une tendance dominante du musical hollywoodien dans les années 1950 (Annie Get Your Gun, Brigadoon, Silk Stockings), qui s’accentue même à la fin de la période avec les célèbres West Side Story, My Fair Lady ou Cabaret. (Voir Dominic McHugh, « ‘And I’ll Sing Once More’: A Historical Overview of the Broadway Musical on the Silver Screen», in The Oxford Handbook of Musical Theatre Screen Adaptations, 2019.)

Les données confirment ces idées générales mais permettent aussi de les incarner plus précisément. Elles montrent la permanence de la pratique de l’adaptation, installée dès les années 1930, mais aussi ses déclinaisons diverses.

En images

Toutes les visualisations qui suivent ont été réalisées le 29/01/2021, date à laquelle 101 films (à télécharger au format csv) ont été indexés en fonction de leur rapport à Broadway (ce qui correspond à 966 numéros).

Cet échantillon semble déjà significatif mais il va de soi que l’ajout d’autres films dans la base de données pourrait faire évoluer les représentations qui suivent.

Les visualisations sont réalisées avec l’outil kibana, sur lequel reviendra un futur article. Il est impossible d’en donner l’accès direct au lecteur, donc les changements de paramétrages des images (qui montrent les évolutions par période) sont capturés sous forme de vidéos.

Répartition des films pour toute la période (1927-1972)

 

  • [vert clair] adapted from a Broadway musical : inclut à la fois les adaptations très libres des années 1930s et du début des années 1940s et les adaptations fidèles des années 1950s.
  • [bleu] adapted from a non musical material : le film est adapté d’un roman ou d’une pièce non musicale (comme The Pirate)
  • [turquoise] false adaptation: Le film porte le titre d’un spectacle et en reprend éventuellement une ou plusieurs chansons, mais cela reste anecdotique et le reste du contenu n’a quasiment aucun lien avec l’original (ex. The Band Wagon)
  • [vert foncé] reference to a show : le film n’est pas une adaptation mais le scénario relate un moment significatif d’un spectacle historique de Broadway dont il reconstitue des numéros (ex. Words and Music)
  • [rouge] no : le film n’est pas une adaptation

Ces définitions peuvent se retrouver dans le thesaurus de la base de données avec les titres des films de chaque catégorie.

Évolution de la dynamique d’adaptations de Broadway à Hollywood

Activer les sous-titres dans youtube

Origine des numéros pris individuellement

Si les histoires du musical évoquent le phénomène général de l’adaptation, peu en revanche retracent les migrations de la scène à l’écran à échelle du numéro. On peut préciser ici la nuance entre les adaptations “fidèles” et plus libres en fonction non pas du scénario (critère souvent retenu pour décrire le processus d’adaptation) mais de la présence ou non d’un numéro dans le spectacle d’origine. On peut aussi repérer les emprunts de numéros à des spectacles dont les films ne sont pas l’adaptation directe, qui montrent la force des liens entre Broadway et Hollywood et les limites de la catégorie générale de l’adaptation filmique pour les décrire.

Nous avons classé les sources possibles des numéros en 6 catégories:

  • [vert clair] adapted from a stage number of the same show : un numéro présent dans un film adapté d’un spectacle de Broadway provient bien du show original (cela ne signifie pas qu’il n’y a pas eu de transformations, la musique étant toujours réarrangée, les paroles réécrites, et beaucoup de chorégraphies changées)
  • [vert foncé] borrowed from another stage show: emprunt d’un numéro à un spectacle théâtral dont le film n’est pas tiré (que le film soit ou non une adaptation)
  • [violet] borrowed from the musical repertoire : création d’un numéro filmique à partir d’une chanson préexistante ayant déjà été enregistrée en disque ou diffusée à la radio.
  • [rouge] original number created for the film : numéro original (cela implique en particulier que la chanson est créée pour le film)
  • [orange] recycling of a cut number or song: numéro écrit pour un autre film mais éliminé précédemment et repris dans un nouveau contexte
  • [turquoise] borrowed from another film : remake d’un numéro cinématographique

La présentation chronologique de ces sources (montre le phénomène des adaptations “fidèles” des années 1950 à échelle des numéros.

La même visualisation strictement appliquée aux films qui sont des adaptations de Broadway montre aussi l’équilibre entre numéros originaux et numéros repris dans les années 1930 et 1940 avant que les numéros d’origine soient plus systématiquement préservés.

Pour raconter la chose sous une autre forme:

Musical MC²

Ce carnet de recherche accompagne une base de données numériques produite dans le cadre d’un projet de recherche collaboratif sur le film musical hollywoodien. Financé par le Labex Arts-H2H en 2015, le projet initial a impliqué une équipe internationale de chercheurs en études cinématographiques, musicologie et danse. Le projet a abordé le genre du film musical à échelle de ses numéros plutôt qu’en tant que narration complète. Le but du projet était d’étudier les enjeux culturels et idéologiques du genre musical en se concentrant de façon systématique sur ses composantes fondamentales : la musique, la danse, le spectacle.
La base de données publiée dans ce cadre indexe et caractérise les numéros musicaux de films produits entre 1927 et 1972 à partir de catégories générales (contours, castings, thèmes, musique, danse, intertextualité) et de nombreuses sous-catégories (nombre de plans, type de performance, styles musicaux, styles dansés, ainsi que quelques informations issues de documents d’archives, notamment sur l’autocensure du genre et des éléments de réception). La base continue à être complétée et vise à devenir à plus long terme une ressource pour étudier le film musical en reconstruisant différents types de corpus au sein du genre.
Ce carnet vise à développer l’usage de cette base de données pour la recherche en histoire du cinéma et de la musique : il apporte des définitions complémentaires, des notes de travail, et propose des exploitations des données construites dans le cadre de notre projet et de premières interprétations.